Aller au contenu

On se lève et on se casse : tour d’horizon d’un travail sans capital (l’atelier)

Par Maïtané Lenoir et Thomas Parisot

Atelier (1 h 30) :
Salle :
Salle 2
Langue :
Français

Le sujet

On travaille, beaucoup, sans forcément savoir où notre argent va. On revêt des goodies et t-shirt aux couleurs d'une entreprise qui ne nous appartient même pas. Devenir freelance, c'est tout un autre monde : trouver un comptable, comprendre les histoires de bilan annuel… quelle plaie. Auto-entrepreneur·e, au moins ça coûte pas cher. Ces histoires de côtisations Sécu et de points retraite, quel charabia ! En attendant, c'est le statu quo. Nous c'est Maïtané et Thomas, on ne travaille pas ensemble dans des structures concurrentes. On est dans des structures collectives/coopératives, et on travaille ensemble sur des projets avec d'autres collectifs. Ça implique des fois de l'argent, des fois pas. Nous allons utiliser l'enquête ouvrière de Karl Marx et différents outils issus de l'éducation populaire pour offrir de la réflexivité sur où tu en es, esquisser là où tu as envie d'aller, et deviner dans quel véhicule tester un premier pas. Tu évalueras où tu te situes selon des échelles de précarité, d'autonomie, de rapport au temps, de parentalité, d'indépendance/accompagnement et de solidarité. Ce qui nous amènera à considérer si ce qui te correspondrait ça serait l'auto-entreprise, une CAE, une Scop, une association de loi 1901… ou rester là où tu es.

Présenté par