Goûts et mauvais goût : de la subjectivité en design

La présentation

Vidéo

Télécharger

PDF

Le sujet

Découvrez pourquoi certains design sont haïs par le monde entier et pourquoi la femme de votre boss aime le violet-marron.

"Ça dépend des goûts", cette phrase rendrait fou n'importe quel designer, tellement elle nous plonge dans un abîme où l'argumentation n'a plus de prise. En effet, les designers aiment à penser qu'un bon design n'est pas une affaire de goûts. Un design répond à des objectifs précis, on peut donc analyser objectivement ses qualités. Le subjectif n'aurait rien à voir la dedans. Vraiment ? Pourtant il arrive régulièrement que des designs soient décriés pour leur laideur par toute la communauté des designers. On ne reproche pas à ces réalisations des erreurs fonctionnelles (un manque d'ergonomie, une typo illisible ou des contrastes mal équilibrés), on dit juste que c'est affreusement laid. Alors est-ce que le mauvais goût existe réellement ? Et si c'est le cas, comment éviter que notre site ne devienne la prochaine risée d'Internet ? Pas de panique, nous tenterons d'y répondre à l'aide d'une Comic Sans.

Présenté par Jean-Philippe Cabaroc

Jean-Philippe Cabaroc

Designer et directeur artistique, Jean-Philippe Cabaroc aime les designs beaux et fonctionnels. Il a fondé son studio de création graphique en 2009 après avoir travaillé 5 ans en agence de communication. Intervenant sur des projets web et multimédia, son travail donne une place importante à l’émotion pour véhiculer le contenu. Passionné par la création visuelle et l’échange d’idées, il débat avec ses collègues designers au sein du premier podcast français consacré au webdesign, The Walking Web. Il donne également des cours de design multimédia à l’école Bellecour (Lyon).

Il tweet ses trouvailles sur Twitter sous le nom de @cabaroc
et écrit ses réflexions professionnelles sur son blog.